Hommage à ma Mamie

Aujourd’hui, 1 novembre 2018, à l’occasion de la Toussaint (jour où on fête les défunts dans la religion Catholique), je rends hommage à ma grand-mère, décédée il y a pile un mois.

Ma petite Mamie avait une coiffure si originale et reconnaissable qu’elle faisait tourner la tête de beaucoup de gens sur son passage. Il faut dire que sa coiffure lui allait particulièrement bien. Elle l’a d’ailleurs portée plus de la moitié de sa vie si bien que c’était son signe distinctif, elle ne semblait pas vieillir d’un poil.

Les dernières années de sa vie ses cheveux paraissaient comme argentés. Ils étaient entre le brun foncé et le blanc, un mélange subtile qui embellissait davantage sa coiffure.

Elle n’a jamais fait de coloration et ses cheveux étaient encore doux et soyeux lors de ses derniers jours (90 ans).

  

Un de mes souvenirs préférés avec elle c’est lorsqu’elle se coiffait. Je pense que c’est elle qui m’a donné envie de m’occuper de mes cheveux, de prendre le temps de me coiffer et tester des coiffures qui sortent de l’ordinaire !

Sa coiffure, c’était toute une cérémonie. Et ce rituel avait lieu tous les jours. On était parfois plusieurs petits enfants à la regarder se préparer dans sa salle de bain. D’abord elle se coiffait et baissait la tête pour mettre ses cheveux devant son visage. Elle riait et s’amusait à nous faire peur, pensant ressembler à une sorcière.

Ensuite, à tâtons, elle prenait son précieux boudin en mousse en forme d’auréole (cousu par ses soins pour être à ses mesures) qu’elle plaçait comme une couronne sur ses cheveux répartis proportionnellement à l’avant et à l’arrière de sa tête. Elle prenait ensuite une brosse en poil de sanglier et relevait ses cheveux pour les enrouler tout autour du boudin et le cacher.

Ses cheveux formaient alors une couronne parfaitement proportionnée et impeccable !

A force de faire cette coiffure tous les jours elle avait acquis une technique et une agilité impressionnante. En deux temps trois mouvements ses cheveux étaient fixés autour du boudin en mousse à l’aide d’épingles. Seul un rictus trahissait sa concentration et son exigence quant au résultat : elle ouvrait la bouche et formait un « O » avec ses lèvres.

Une fois la coiffure finie elle prenait un petit miroir et se tournait pour contempler le résultat dans le grand miroir de sa salle de bain. Contente du résultat la plupart du temps, elle nous regardait à nouveau en souriant, pendant que nous restions bouche bée devant la transformation de la « sorcière » en reine mère !

S’en suivait bien souvent un petit « coup de rouge à lèvre » et de crème hydratante et le tour était joué. Une beauté intemporelle et naturelle… 
Une source d’inspiration pour toutes les femmes de sa très grande famille.

Pour conclure cet article j’emprunte les mots écrits par ses proches pour lui rendre hommage :

« C’était une grande dame, une « aristocrate », mais qui avait la noblesse de ne pas le savoir. » 

« Ton attention aux autres, ton empathie, ta fantaisie, ton humour […]  ta culture littéraire, artistique et musicale […], ton rayonnement et ton élégance naturelle […], ton courage pour affronter les épreuves de la vie et notamment celle de ta maladie, toutes tes qualités se sont incarnées dans de multiples activités associatives et professionnelles, tournées vers les autres. »

« Ta gaieté, ton rire, ton regard d’amitié sur chacun, ton allure, ta taille de guêpe et surtout ta coiffure inimitable, une couronne de cheveux qui te sacrait REINE ».

*** Merci ma petite Mamie Chérie ***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 + onze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.